La vaccination du chat










Le coryza
Le coryza du chat appelé aussi plus simplement « grippe » du chat a des causes multiples.

- L’herpèsvirus qui se transmet par la voie nasale (contact direct ou donné par la mère à son chaton) et qui provoque une kératite ulcéreuse avec conjonctivite, un jetage purulent et une trachéite sévère. Il présente la capacité d'infecter le ganglion trijumeau où il reste en latence jusqu'à ce qu'un événement le réactive (glucocorticoïdes, lactation, changement de milieu, etc...). Peu résistant dans le milieu extérieur.

- Le calicivirus excrété par la salive, le jetage nasal ou oculaire et qui se propage par la voie oronasale, donne un jetage séreux, une conjonctivite mais aussi et surtout une stomatite (langue) ulcéreuse avec ptyalisme (salivation abondante) et une anorexie suite à la difficulté d’avaler causée par la douleur provoquée par les ulcères. Chez le chaton, il se produit parfois aussi des arthrites légères et transitoires. Très résistant dans le milieu extérieur (jusqu'à 28 jours à température ambiante et plus s'il est dans du matériel organique). Il est à noter qu'il peut aussi parfois provoquer une pneumonie.

Deux nouveautés scientifiques au sujet des calicivirus :

* Le phénomène de la quasi-espèce : c'est un virus à ARN qui subi des erreurs de copiage lors de sa multiplication chez le chat. Ce dernier peut donc être contaminé par des virus ayant un haut degré de parenté mais qui présentent malgré tout des petites différences responsables de résistances et de chronicité, c'est pourquoi il faut bien choisir un vaccin pouvant protéger le chat contre ce phénomène.
* L'apparition aux USA (il n'y a pas encore de cas recensés en Europe) d'une souche hypervirulente qui entraîne des hémorragies avec un taux de mortalité pouvant atteindre 50% ! Elle présente une grande ressemblance avec la maladie hémorragique du lapin. Pour une raison encore inconnue, on l'observe de manière sporadique à certains endroits et elle disparaît en 7 à 8 semaines après s'être manifestée par les signes classiques de la calicivirose accompagnés d'une jaunisse, d'oedèmes cutanés, de croûtes, de pertes de poils et d'ulcères au niveau de la peau, on constate aussi des vomissements et de la diarrhée suivis d'ecchymoses, d'epistaxis et d'hémorragies.

- Le réovirus qui provoque une rhinite et une conjonctivite séreuses et une stomatite.

Une fois la guérison obtenue par des antibiotiques et des anti-inflammatoires spécifiques au chat les récidives sont fréquentes. Pour éviter ce problème il faut vacciner le chat. NB : il existe aussi la chlamydiose féline qui provoque de l’anorexie, une conjonctivite séreuse puis purulente et une rhinite purulente. Elle touche principalement les jeunes chats et peut déboucher sur une pneumonie pouvant entraîner la mort de 30% des jeunes chats. Si je l’ai mise à part c’est que certains la classe dans la rubrique coryza, d’autres pas.
La panleucopénie (typhus)
La panleucopénie féline plus souvent dénommée "Typhus du chat" dont l'origine est les matières fécales et l'oropharynx (porteurs asymptomatiques), provoque une mortalité importante jusqu'à 90 % chez les jeunes qui sont atteints. Même si le chaton est le plus sensible, un adulte peut malgré tout être contaminé. Le virus pouvant résister jusqu'à 6 mois dans l'environnement et chez le chat guéri. Ce délai pouvant même s'étendre à un an chez les chats ataxiques. L'animal atteint présente une hyperthermie, un vomissement et une diarrhée qui mènent à la déshydratation et surtout une diminution des globules blancs (baisse de l'immunité) d'où le nom de panleucopénie. Si la chatte est atteinte durant la gestation, il s'en suit une hypoplasie cérébelleuse avec ataxie chez le chaton.
La leucose
Elle se transmet par morsure, par la salive, par l'urine et par les autres sécrétions, la mère peut la donner à ses chatons durant la gestation ou par le lait. Le virus pénètre dans l'organisme par la voie orale ou nasale en plus des morsures et la période d'incubation est plus ou moins longue, la maladie pouvant se déclarer de nombreux mois après l'infection. Elle peut prendre deux formes :

- tumorale : lymphosarcomes ou tumeurs hématopoïétiques.
- non tumorale : diminution des globules rouges et blancs, insuffisance rénale chronique, avortement, infections oculaires, PIF (forme sèche), abcès, ulcères buccaux, diarrhée.

En fait l'animal présente une baisse d'immunité avec toute une série d'infections secondaires et il faut donc la suspecter lorsqu'un chat fait des maladies diverses à répétition... Le diagnostic repose sur les symptômes et une analyse sanguine.
La péritonite infectieuse (PIF)
La péritonite infectieuse féline est une maladie qui touche principalement les élevages mais parfois aussi les chats de particuliers. Il existe un vaccin intra nasal. Elle pénètre dans le corps par la voie orale ou par le placenta durant la gestation. Les matières fécales sont la source principale de sa diffusion. Elle prend deux formes:

L'humide : se caractérise par une pleurésie et une péritonite exsudatives avec un subictère.
La sèche : se caractérise par des lésions granulomateuses dans différents organes qui conduisent à des lésions hépatiques avec ictère, à une néphrite chronique, à une uvéite (fibrine dans la chambre antérieure de l'oeil et sur la cornée) et à des convulsions et de la parésie.

Le diagnostic se réalise par la radio et par la ponction dans la forme humide (liquide jaune et visqueux). La prise de sang est aussi possible.
Le FIV ("SIDA du chat")
Immunodépression avec maigreur, lymphadénopathies, léthargie, diarrhées, ulcères buccaux et infections respiratoires récidivantes (voir plus bas). Ressemble fort à la leucose dans son mode de transmission (morsure) et d'action sauf qu'il n'y a pas de forme tumorale. Le FIV est considéré comme "le SIDA du chat" (virus appartenant à la même famille) qui fort heureusement n'est pas transmissible à l'homme. Elle touche principalement les chats mâles non castrés (bagarres) et âgés (incubation longue). Dans un premier temps, il est atteint de fièvre, et ses ganglions peuvent grossir pendant 2-3 mois. Il y a aussi des infections de la peau et des intestins. Ensuite, le chat guérit, mais le virus persiste dans son sang. Dès ce moment, il peut transmettre le FIV à d'autres chats. Pendant plusieurs années (3-5 ans), il peut ainsi excréter le virus, sans que son état ne laisse suspecter son infection. Plus tard, le gonflement des ganglions réapparaît. Enfin, le stade terminal de la maladie (en moyenne vers 10 ans) est caractérisé par des infections virales et bactériennes au niveau de la bouche, du nez, des yeux, de la peau, et des intestins. Le chat peut aussi souffrir d'anémie, de fièvre, et perdre du poids. Le diagnostic est réalisé par prise de sang et par les symptômes.
L’anémie infectieuse féline
Elle est due à Haemobartonella felis et est transmise par les puces, les tiques et peut-être aussi par les griffures et les morsures. Les symptômes sont un abattement, une anorexie, une hyperthermie, un subictère, une splénomégalie et surtout une anémie hémolytique (destruction des globules rouges). Le diagnostic se fait par frottis sanguin sur sang frais. Elle est souvent consécutive à une immunodépression provoquée par la leucose.
La rage
L’incubation dure un mois. Elle est transmise à tous les mammifères par la salive et principalement par morsure et plus rarement par griffure ou par le léchage d'une plaie.

Forme furieuse : excitation, salivation, modification de la voix, myosis et mydriase.
Forme paralytique : paralysie des masséters.

L’évolution conduit à de la parésie, de la paraplégie puis de la tétraplégie et/ou paralysie conduisant à la mort. Le diagnostic repose ou sur une autopsie ou sur un suivi de l’animal (par mise sous surveillance sanitaire) suivant les pays. Il est donc plus qu’utile de vacciner dans les zones contaminées car la maladie est transmissible à l’homme. C’est pourquoi de nombreux pays ont imposé la vaccination obligatoire.
Schéma de la vaccination
A venir...

Tous les renseignements généraux donnés sur ce site le sont à titre purement informatif.
Texte mis à jour en juin 2008.
 
 
Tous droits réservés.
Vétérinaire Maindiaux Andy
www.veterinaire-maindiaux.be
©.